Bilan des Jeux de Tokyo. Les JO, ça continue. Reprise de l'entrainement.

Le bilan de l’escrime française à Tokyo 2020 (source Olympics.com)

La médaille d’or de l’équipe de France dans l’épreuve masculin du fleuret a conclu Tokyo 2020 pour les escrimeurs tricolores. Quel bilan tirer des 5 médailles ramenées à la maison ?

C’est l’heure du bilan !

La médaille d’or de la France dans l’épreuve masculine de fleuret par équipes a marqué la fin des épreuves d’escrime aux Jeux Olympiques de Tokyo 2020.

Revenons sur les prestations des Français dans les épreuves de sabre, fleuret et épée qui se sont déroulées au Japon.

Retrouvez ici la liste de toutes les médailles remportées par la France.

L’escrime est traditionnellement un sport qui rapporte de nombreuses médailles à la France. Avec des noms aussi connus que Laura Flessel ou Jean-François Lamour, la France a connu de belles aventures en escrime. C’est le sport où la France est la plus prolifique aux Jeux Olympiques modernes avec 119 médailles, dont 42 en or.

Oui, plus que le judo ou le cyclisme ! Il faut remonter à Rome 1960 pour voir la France ne remporter aucune médaille en escrime. Tokyo 2020 n’a donc pas dérogé à la règle et les escrimeurs ont rapporté 5 médailles en plus au palmarès français : deux en or, deux en argent et une en bronze.

2021 Getty Images

Les médaillés d’or

  • Nom : Romain Cannone
  • Âge : 24 ans
  • Épreuve : Épée individuelle

Revivre le sacre de Cannone.

Romain Cannone a l’honneur d’être le premier médaillé d’or français à Tokyo 2020. Et personne ne l’attendait vraiment là. L’épéiste avait profité du retrait de Daniel Jérent de la liste des escrimeurs pour s’envoler pour Tokyo. Il revient avec l’or après avoir battu le Vénézuélien Ruben Limardo, champion olympique de Londres 2012, le Néerlandais Bas Verwijlen, vice-champion du monde et d’Europe 2011 et le Hongrois Gergely Siklosi, champion du monde 2019 et n° 1 mondial.

À LIRE AUSSI : Tout savoir sur Romain Cannone

  • Noms : Erwann Le Péchoux, Julien Mertine, Enzo Lefort, Maxime Pauty
  • Épreuve : Fleuret masculin par équipes

Revivre le sacre de l’équipe de France masculine de fleuret.

Le dernier titre de l’équipe de France masculine de fleuret remontait à Sydney 2000. Après cette sacrée longue attente, ils ont non seulement pu être couronnés, mais en plus, ils ont pris leur revanche sur l’équipe du ROC qui les avait battus lors de la finale à Rio 2016.

Photo d'Elsa/Getty Images

Les médaillées d’argent

  • Noms : Anita Blaze, Astrid Guyart, Pauline Ranvier, Ysaora Thibus
  • Épreuve : Fleuret féminin par équipes

Trois jours avant leurs homologues masculins, les fleurettistes françaises n’avaient pas réussi à battre le ROC. Elles ont cependant vécu des sensations incroyables dans leur demi-finales en battant l’Italie, championne olympique en titre à Londres 2012 (puisque le fleuret féminin par équipes n’a pas été disputé à Rio 2016). Menées de 11 touches, elles l’ont finalement emporté 45-43. L’argent les attendait ensuite en finale pour une première médaille dans l’épreuve depuis Los Angeles 1984.

Revivre la médaille d’argent de l’équipe de France féminine de fleuret.

Photo d'Elsa/Getty Images
  • Noms : Manon Brunet, Cécilia Berder, Charlotte Lembach, Sara Balzer
  • Épreuve : Sabre féminin par équipes

Après une huitième place à Rio 2016, les sabreuses françaises ont décroché la première médaille olympique de l’histoire de leur discipline. Les fleurettistes et les épéistes tricolores l’avaient déjà fait, mais jamais les sabreuses. En finale, elles ont perdu contre l’équipe du ROC qui était championne olympique en titre et qui comptait dans ses rangs la championne et la vice-championne olympique en individuel à Tokyo.

Revivre la médaille d’argent de l’équipe de France féminine de sabre.

Photo de Ryan Pierse/Getty Images

La médaillée de bronze

  • Nom : Manon Brunet
  • Âge : 25 ans
  • Épreuve : Sabre individuel

Revivre la médaille de bronze de Manon Brunet.

Cinq jours avant de prendre l’argent avec son équipe, Manon Brunet avait montré la voie en devenant la toute première sabreuse française à décrocher une médaille olympique. Elle a cru revivre son cauchemar de Rio 2016 où elle avait été battue d’une touche en demi-finale puis dans la petite finale, et ne pensait pas pouvoir se remobiliser pour son match pour le bronze. Mais son petit ami Boladé Apithy, lui-même sabreur mais rentré en France après son élimination à Tokyo, a trouvé les mots au téléphone pour la remotiver.

À LIRE AUSSI : 5 choses à savoir sur Manon Brunet

Du rire aux larmes

  • Le fait : l’élimination de l’équipe d’épée masculine en quart de finale

Alors qu’ils comptaient un Romain Cannone médaillé d’or cinq jours plus tôt dans leurs rangs, les épéistes français n’ont pas réussi à monter sur le podium après une élimination dès les quarts de finale face au Japon. La France était pourtant triple championne olympique en titre après les sacres d’Athènes 2004, de Beijing 2008 et de Rio 2016 (l’épreuve n’a pas été disputée à Londres 2012) et avait été couronnée championne du monde à deux reprises depuis 2016.

La cinquième place des épéistes français.

Photo d'Elsa/Getty Images
  • Le fait : l’élimination d’Enzo Lefort en quart de finale (fleuret)

En tant que champion du monde en titre (2019), le fleurettiste Enzo Lefort avait sans doute l’espoir d’aller au-delà des quarts de finale et décrocher une médaille aux Jeux. Il a été stoppé par Daniele Garozzo, le champion olympique 2016, qui est aujourd’hui vice-champion olympique 2020.

À LIRE AUSSI : Enzo Lefort, maître d’expression

  • Le fait : l’élimination de Ysaora Thibus en seizièmes (fleuret)

Là aussi, la vice-championne du monde 2018 et n° 3 mondiale était favorite pour une médaille à Tokyo, mais repart sans médaille individuelle pour sa troisième participation aux JO. Comme Enzo Lefort, toutefois, elle s’est rattrapée en enlevant l’argent dans l’épreuve par équipes.

Tout sur l'escrime aux Jeux Paralympiques à Tokyo, du 25 au 29 aout 2021 !

 La reprise des cours, c'est le 15 septembre pour les nouveaux (le 8 pour les anciens).